Émergeant suite à un mois de méditation sur le thème de la Liberté,

Ce texte fut écrit à l’occasion d’un spectacle pluridisciplinaire.

***

J’ai longtemps cru que la Liberté
C’était fumer de l’herbe et rester là, à planer.
Mais l’herbe a un coût et il faut l’assumer
Rapidement je me suis mis à trafiquer
Le jour, la nuit et même les jours fériés
Tout ça pour atteindre une liberté falsifiée.

Heureusement, un jour, mon corps m’a parlé
Et j’ai pu prendre le temps de me retourner.
Me rendant compte que je m’étais égaré
Et que de la Liberté, je m’étais éloigné.
Après une longue réflexion j’ai décidé
Que de l’herbe j’allais me séparer.

1 ans plus tard je retrouvais mon intégrité
plus de vols, de mensonges ou d’ébriété
Je retrouvais mon esprit libéré
de cette envie de fuir la réalité
J’ai donc repris ma quête de Liberté.

En commençant par me questionner.
Mais qu’est-ce donc que la Liberté ?
Est-ce avoir de l’argent à volonté ?
Est-ce vivre sans aucun cadre ni autorité ?
Est-ce avoir le droit de penser ?
Ou bien celui de s’exprimer ?
Après avoir longuement médité,
à des réponses je suis arrivé.

J’ai compris qu’être libre c’est être qui l’on est
Sans se censurer et sans exagérer
C’est l’occasion d’être Soi, de ne pas se renier.
Être libre est une sensation, loin de tout cliché
La sensation d’être à sa place, partout où l’on est
Être Libre c’est élargir la zone à laquelle on s’est cantonné.
Si longtemps, par peur d’être jugé.

La liberté c’est être harmonisé
Avec ses valeurs, ses idéaux, ses idées.
Mais puis-je une fois pour toute la saisir, la capturer ?
Je ne crois pas, ça me semble inapproprié.
C’est chaque jour que je dois renouveler
Le vœux sincère de vivre la Liberté.

Par nos choix conscients, la Liberté ,peut être représentée.
Des choix personnels, posés sans pré-supposés
Des choix basés sur une connaissance de la réalité.
Des choix libérés
Du regard des autres, de la peur, de la télé.

Et c’est aussi une grande responsabilité.
Dorénavant, c’est à moi de décider.
Quelle partie de moi, je souhaite ériger.
Que faire de ce temps qui m’est accordé ?
C’est une question que je me suis posé.
La réponse fut claire nette et détaillée.
Mais c’est un sujet que je ne vais pas aborder.
En revanche, je vous invite à consacrer
du temps à cette question que je viens d’évoquer.
Jusqu’à ce que, sincèrement, vous sachiez
que faire de ces journées qui vous sont confiées.

Pour agir librement, je tâche d’ignorer
La journée d’hier, qui fait partie du passé.
Je vis comme si une page avait été tournée
Et que face à une feuille blanche je sois placé.
Libre d’écrire, de laisser vivre ma pensée.

Je vous remercie pour m’avoir écouté
Et j’espère vous avoir incité
à continuer de quêter cette chère Liberté
à présent, je vais me retirer
Afin de pouvoir vous laisser apprécier
Le prochain morceau de la chorale des nus pieds.

Pierre Barbafieri